Facebook
Twitter
Viadeo
Philosophie de l'école
 

Créé en 1986, la première école IGC voit le jour à Rennes dans le Parc Oberthur, site emblématique de l'industrie bretonne. Aujourd'hui IGC, membre de OSMOND EDUCATION, ouvre ses portes à Lyon et proposera également ses formations sur les villes de Nantes et Angers à compter de la rentrée 2015.

Cette année plus d'une centaine d'étudiants ont fait leur rentrée dans les filières de la communication et du marketing, de la gestion et du commerce ou encore des ressources humaines (du BTS au MASTERE).

Ce qui fait la force d'IGC :

Expérience, rigueur, ouverture sont les clefs de la renommée de nos écoles


L'excellence du corps professoral, des conditions de travail sans cesse perfectionnées, des effectifs réduits à 15 élèves par classe permettent à IGC  de présenter des résultats exemplaires depuis près de 30 ans :

➜ 83% de réussite en moyenne, toutes filières confondues.

➜ 95 % des élèves trouvent un stage grâce au réseau des entreprises-partenaires.

➜ 40% des élèves bénéficient d'une aide financière grâce au parrainage des entreprises.

 Au-delà des statistiques, IGC offre un réel accompagnement à ses étudiants dans toutes les étapes de leur formation. En liaison constante avec le monde de l'entreprise, IGC innove avec la mise en place des stages alternés qui répondent précisément aux attentes des chefs d'entreprise et des étudiants.
IGC  accorde une attention particulière aux parents d'élèves qui peuvent à tout moment consulter les notes et appréciations de leurs enfants par internet.

« Nous partageons tous ici un même objectif : offrir à nos étudiants une formation respectueuse de leurs personnalités et réellement efficace pour leur ouvrir le marché du travail », explique Jérôme Patier, directeur d'IGC.

Comme il n'est de têtes bien pleines qui ne soient bien faites, IGC est soucieuse d'offrir à ses étudiants une palette d'activités sportives et culturelles.

« Le sérieux d'une formation ne doit pas rimer avec austérité. Nous formons des diplômés compétents, motivés et épanouis », souligne Jérôme Patier.